Entretien avec Bas Kosters

Collaboration artistique Bugaboo Bas Kosters

Entretien avec Bas Kosters

2019-05-21 - Du temps s'est écoulé depuis la première collaboration de Bugaboo avec l’artiste et designer Bas Kosters en 2005. Cependant, certaines choses restent intactes : l’énergie collaborative, l'encouragement mutuel à repousser les limites, l’esthétique d'un design innovant et bien sûr, l’amitié.

Nous nous sommes entretenus avec Bas au World Fashion Center à Amsterdam pour parler un peu de tout, de notre première collaboration à l'inspiration pour le dernier design en édition limitée Bugaboo by Bas et de l'importance d'entretenir le lien aussi bien dans la vie qu'au travail.

Revenons sur notre première collaboration en 2005. Comment tout cela est-il arrivé ?
Je n'arrivais pas à réaliser que j'avais été choisi par Bugaboo car mon esthétique était très ludique mais aussi très spontanée. Cela m'a un peu surpris, et je me suis dit : 'est-ce que ça m'arrive vraiment à MOI ?'
En tant que jeune créateur du monde de l'art et de la mode, qu'avez-vous pensé de travailler avec une marque de poussettes ?
Je ne me suis jamais dit que ce ne serait pas cool de travailler avec une marque de poussettes. C’est drôle parce que mon monde est vraiment ludique, pas enfantin mais ludique, et qu’il s'inspire visuellement de ma propre jeunesse, de mes souvenirs et de l’imagerie vintage des jeux d’enfants. Donc, bien que parfois mes expressions orales ne conviennent pas vraiment aux oreilles des petits, je pense que mon esthétique est très applicable au monde des enfants !
Pouvez-vous nous en dire plus sur le déroulement de cette première collaboration ?
C'était juste une expérience époustouflante, car c’était, à ce moment-là, un de mes projets les plus importants. J'ai créé un dossier conceptuel avec des images inspirantes qui mettaient l'accent sur le lien et le soutien dont un enfant a besoin pour grandir. Je voulais utiliser la poussette comme une toile vierge, c’est pourquoi on a fait en sorte que les poussettes soient toutes blanches. Je n’avais pas l’espace pour peindre toutes les poussettes, j’ai donc fini ici (World Fashion Centre, Amsterdam), dans le studio d’un ami pour les peindre toutes et c’était une très grande chaîne de production. Tout était peint en blanc, y compris les cadres et les roues. Je transférais les images avec du papier calque sur les poussettes et les peignais à la main.
J'étais très heureux et surpris de pouvoir participer à tout, à la conception de la campagne et à la réflexion sur la direction artistique. C'était juste vraiment ouvert, sans poser de questions, pas de problèmes, rien ne me faisait obstacle. C’était juste fantastique, c’est vraiment un des moments les plus importants de ma carrière en tant que créateur, c’est tellement précieux.
"C’était vraiment ouvert, sans poser de questions, c’était juste fantastique, cela a vraiment été l’un des moments les plus importants de ma carrière en tant que créateur, c’est tellement précieux."

Pouvez-vous nous parler des autres collaborations que vous avez faites avec Bugaboo depuis ce premier projet ?
Je savais que je pourrais toujours contacter Bugaboo si j'avais besoin d'aide, par exemple pour un défilé de mode ou autre. D'autre part, si Bugaboo avait besoin d'une poussette unique cousue main pour une vente aux enchères caritative ou autre chose, c'était également possible. C'était juste une vraie amitié. Il est très difficile de maintenir une amitié au cours de toutes ces années - cela va au-delà de l’entreprise, il s’agit vraiment d'amitié les uns pour les autres et d’aimer travailler ensemble. Souvent, quand on travaille en collaboration avec une entreprise, les employés changent constamment et, à un moment donné, votre connexion a disparu, je suis donc très heureux que cela reste si chaleureux, fructueux et plein d'amusement et d'amitié.

Quelle est l'inspiration derrière votre dernier imprimé pour Bugaboo ?
J'étais en Chine en voyage pour m'inspirer pour un projet et je voulais commencer à dessiner des idées pour Bugaboo dans ce pays, alors j'avais mes cahiers et mes livres, entre autres. Je ne sais pas comment j’ai abordé le thème du lien, mais c’est une des choses que j’avais dans la tête depuis longtemps.
"Je pense que le lien est si important et c'est quelque chose que je recherche vraiment dans mon travail. Je pense qu'au fil des années, Bugaboo a toujours mis ça en avant : l'importance de garder le lien avec son entourage, ses amis et sa famille... c'est donc de là que c'est parti."
À mon retour en Hollande, on a commencé à travaillé sur mes esquisses. On travaillait sur trois impressions différentes, mais au final, je pense que la connexion entre ces personnages était trop forte. Ils sont tellement amusants, et tellement libres... surtout dans le concept final, on ne sait pas vraiment ce qu'ils font. Est-ce qu'ils flottent ? Est-ce qu'ils volent ? Sont-ils dans l'eau ? Dans le ciel ? Ont-ils sauté d'un avion ? C'est juste très ouvert et c'est un imprimé très libérateur et positif en fin de compte, ce qui me semble être bon.

Quel genre de parent choisit la poussette Bugaboo de Bas Stroller ?
Les parents à qui ça plaira seront attirés par la positivité du design et voudront montrer leur fierté. Vous pénétrez dans le monde avec cette poussette qui s'exprime sans détour, vous allez vous faire remarquer... Il faut être prêt à ça. C’est comme avoir un bébé ou un chien, les gens viendront vous voir.
Pourquoi pensez-vous que travailler avec Bugaboo après 15 ans vous convient toujours ?
Ça sera même mieux, je pense. Ou peut-être que ce ne sera pas le cas - c'est que je suis maintenant beaucoup plus conscient de la raison pour laquelle c'est un bon choix. Je suis tellement plus mature et conscient de ce que j'ai à offrir et de ce que je dois apporter. J’ai toujours eu le souhait de travailler sur une autre poussette. J’étais donc très heureux que nous ayons pu nous réunir à nouveau l’année dernière pour parler d’un nouveau projet. Et, dans un sens, j’ai encore plus à donner maintenant parce que j’ai beaucoup plus conscience de mes pratiques d'artiste et de créateur qu’auparavant. À l’époque, j’étais beaucoup plus intuitif et j’ai maintenant beaucoup plus conscience de la direction que prend cette intuition et de ce que je peux en faire.